Chrysantheme, le bien-aime de nos tombes seulement !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Un proverbe chinois dit, “Si vous voulez être heureux pour une vie, cultivez des Chrysanthèmes”.
Mais en France, et par la faute de Poincaré, cette fleur restera pour longtemps un symbole funeste…

Le saviez-vous ?

La coutume de fleurir les tombes début novembre avec des chrysanthèmes remonte à la fin de la Première guerre mondiale.

Au premier anniversaire de l’Armistice de la Première Guerre mondiale, le 11 novembre 1919, Raymond Poincaré ordonne le fleurissement des monuments commémoratifs et de toutes les tombes de France.

Mais nous sommes en automne !

Quelles fleurs vont bien pouvoir résister aux intempéries de cette saison ?

Et surtout quelles fleurs vont pouvoir être disponibles chez les fleuristes ?

Facile à produire et abondant, seul le chrysanthème semblait répondre à ces critères de disponibilité et de résistance au froid, jusque là cultivé comme plante vivace dans les jardins.

Peu à peu, la coutume d’orner les cimetières avec des pots de chrysanthèmes s’ancre dans les usages français, et la fleur est alors définitivement associée à Novembre et aux rituels liés à la mort.

Concrètement, la Toussaint en France, c’est près de 25 millions de pots de Chrysanthèmes vendus, représentant un chiffre d’affaires d’environ 200 millions d’euros.

La France reste une exception.

Les français ne veulent de chrysanthème que pour mettre au cimetière.

C’est devenu la coutume depuis un siècle et la plupart des gens s’y tiennent, refusant l’idée même de tenter l’expérience au jardin, malgré qu’il s’agisse de la plante fleurie la plus vendue en France.

Or, en dehors de nos frontières, aux Pays-Bas par exemple ou bien dans certaines contrées des États-Unis, les chrysanthèmes sont symboles de bonheur et entrent dans la composition des bouquets de mariage ou bien dans le fleurissement des tables et des hôtels.

Symbole de bonheur ?

Le chrysanthème jaune fut d’abord cultivé en Chine puis exporté au Japon au VIIIème siècle.

Il tire son nom du latin impérial « chrysanthemon » dérivé du grec signifiant « fleur d’or » et symbolisant en Asie l’éternité, la gaité, le plaisir, peut-être précisément parce que dans toutes ces contrées la nature un peu « tristounette » et grise en fin d’automne s’illumine de cette floraison colorée.

Et nos tombes dans tout ça…

On vient de voir que nos rituels ne tiennent parfois qu’à peu de chose…

Accepter l’idée que nos chrysanthèmes sont porteuses de joie, c’est aussi voir un cimetière comme un lieu qui ne soit plus triste ni sombre!

Les temps changent et il faut changer avec… mettre de la joie, ça peut être aussi “mettre un coup de neuf” sur nos monuments mortuaires!

Pour se faire, la marbrerie funéraire Biasotto propose toute une palette de services comme la personnalisation d’objets funéraires originaux (un ballon de football par exemple!) ou bien le nettoyage et la remise en état des tombes, la rénovation des plaques anciennes et des gravures existantes.

En cette période de Toussaint la marbrerie Biasotto propose un forfait comprenant le décapage haute pression du monument mortuaire, le traitement des mousses et le rejointement à partir de 190€ HT.

Biasotto Gravure

Vente en ligne et personnalisation d’articles funéraires

Tél. : 05 63 65 20 84

www.biasottogravuredeco.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »